Le temps qui passe m’effraie, à moi la mère imparfaite respire un bon coup

Le temps qui passe m’effraie, à moi la mère imparfaite respire un bon coup

Tout est dans le titre, c’est un long combat entre moi et moi, un combat qui dure depuis longtemps, très longtemps. Je suis obsédée par le temps qui passe, qui file à une vitesse à m’en rendre nostalgique si ce n’est même triste. Ce sentiment c’est accentué avec l’arrivée de Jade dans nos vie il y à 4 ans. Je me rappelle encore du moment où j’avais dû reprendre le travail et laisser mon bébé de 5 mois finalement à une inconnue. Ce congé maternité qui était passé à une vitesse folle, ce sentiment de culpabilité d’aller bosser et de ne la voir que le soir. Je me demandais si tout ça avait un sens, si c’était ça la vie, faire un enfant, à peine en profiter et partir travailler. Oui c’était bien ça la vie, celle que nous avions choisi pour notre famille car soit je restais à la maison et profiter pleinement d’elle soit je me levais le matin pour participer à notre avenir, nos futurs souvenirs, payer nos factures, de quoi manger, l’habiller, avoir 2 salaires pour plus peu importe le plus. On peut toujours se contenter du minimum, vivre avec rien mais finalement j’étais déchirée entre je veux que ma fille ne manque de rien si je dois partir un jour de ce monde, je veux que nous aillons pleins de souvenirs à la maison, au parc, mais pas que, aussi au cinéma, pouvoir se payer un restaurant même si ce n’est que mac donald, prendre le train, l’avion, voyager et l’autre combat c’était je veux aussi rester à la maison à snifer son odeur sans modération. Ce sentiment de culpabilité à mit quelques temps à passer mais il est passé, parce que j’adore mon travail et que je sais que rester à la maison ne m’aurait peut être pas rendu plus heureuse. Nous sommes dans une société un peu hostile, la vie coûte cher, on a rien sans rien alors on fait forcement des sacrifices dans nos choix.

Depuis que Jade est née je fais 1000 photos, je voulais me rappeler de toutes ses expressions. Est-ce que devenir parent fait accélérer le temps? Parce que voilà maintenant 4 ans, 4 ans que le temps qui passe m’angoisse. J’ai peur de louper des moments spéciaux, parce qu’ils le sont tous, je nous oblige à passer du temps de qualité ensemble encore plus depuis qu’elle a grandit et je comprends encore plus pourquoi ma mere me couvait autant et me surprotégeait de tout. Jeux de société, balade, parc, parce que tout ça la marque de plus en plus, que nous sommes pris par le quotidien et je n’ai pas envie de me lever un matin en me disant elle est partie de la maison j’ai tout loupé ou du moins trop de choses. Je n’ai pas non plus envie de n’être qu’une maman, je suis aussi la fille de quelqu’un, une femme à part entière et l’épouse de mon mari. J’essaie d’équilibrer tout ça pour garder une santé mentale saine. Alors on essaie de se faire des restaurants à deux, la laisser à nos parents pour qu’eux aussi profite de notre enfant car nous savons qu’ils l’aime comme ils nous aimaient si ce n’est plus, ça la rend heureuse, ces moments sont des souvenirs de toute une vie, ils se sentent rajeunit, ils profitent car rien n’est éternel, le temps nous échappe. On essaie de toutes nos forces de profiter de chacun, surtout nous d’elle qui n’a pas encore la notion de ce fameux temps, parce que même lorsqu’on se fâche fort, que nous avons moins de patience, que nous sommes fatigués par le quotidien on respire un bon coup et on se dit que tout ça en vaut la peine. Ça vaut en tant que couple, que parents, mais aussi et surtout simple individu parce que j’adore aussi profiter de mes copines sans mes 2 acolytes.

J’ai beaucoup de chance vous savez, d’avoir le mari que j’ai qui a qu’une devise et le dit, être à son compte ok mais toujours alors toujours faire de sa famille une priorité. Il ne s’en cache pas le travail n’est pas toute sa vie même si avec la conscience pro ça prend forcement de la place mais il essaie toujours de rentrer tôt, comme il dit « je ne deviendrais jamais riche avec la boite » on se défonce chacun à notre niveau, profitons chacun de nos privilèges pro pour avoir plus que le minimum et réaliser certains rêves, sans que ça devienne obsessionnel. Bien bête celui qui associe être à son compte forcement avec richesse, la charge mentale est énorme ça nous prend du temps (encore lui) et travailler tous les 2 nous permet de mettre de coté pour réaliser quelques rêves avec beaucoup d’intelligence et un peu de chance. Il fera tout pour nous 3 et ne s’en cache pas. Bien sur c’est réciproque. Pour ça je me sens vraiment chanceuse. J’ai beaucoup de chance aussi d’avoir l’enfant que j’ai, nous qui avons toujours improvisés avec elle, je n’ai aucun regret mis à part celui de ne pas l’avoir encore plus avec moi, encore plus pour moi, ne pas toujours avoir le temps de faire un millions de choses alors que ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Mais bien que je l’aime à en crever je sais bien qu’on ne fait pas des enfants pour soi, que son épanouissement passe aussi par son autonomie, ce qui en fera une enfant heureuse et équilibré je le sais, je sais bien que je ne peux pas la protéger contre tout ça c’est ma tête qui le dit mon cœur contre balance. L’année dernière j’ai eu comme des milliers de personnes un choc énorme d’apprendre le décès d’une petite fille nommée Augustine, saleté de cancer pédiatrique. Ça m’a fait si mal au cœur, 4 ans, elle avait seulement 4 ans lorsque la vie l’a enlevé à ses parents, sa famille je peux vous dire que j’ai relativisé sur beaucoup de choses. 4 ans c’est l’âge de Jade, une petite fille aimante, attendrissante, coquine mais si obéissante. Nous élevons rarement la voix et quand je me fâche fort je m’en veut terriblement même si je sais qu’elle n’en tient pas compte. Lorsque Jade veut dormir avec nous nous disons presque toujours oui, elle se met contre nous et c’est câlin collectif pour notre plus grand bonheur parce qu’on ne sait pas de quoi demain est fait, tous ces moments sont finalement courts elle grandit beaucoup trop vite alors on profite sans se prendre la tête, sans toujours mettre des règles partout. Chez nous Jade n’a aucun soucis avec l’assimilation de sa chambre elle l’a toujours su ou était sa chambre, ça ne nous empêche pas d’avoir une vie intime, ça ne l’empêche pas non plus de dormir dans son lit, juste on profite de chaque instant présent parce que le temps s’envole. C’est un exemple parmi un millier, chaque être humain à ses principes, choisi de mener la vie qu’il souhaite, ce qui importe le plus c’est le bonheur.

Et finalement ce qui me permet d’avancer c’est de me dire que c’est la vie, nous sommes tous de passage ici, on fait de notre mieux pour que ce passage soit le plus léger et le plus heureux possible, avec chacun nos convictions, on fait des rencontres qui marque cette vie à jamais, on essaie de prendre soin de ceux qu’on aime parce qu’on ne sait pas de quoi demain est fait. Le temps qui passe m’effraie pour autant je n’aurai pu rêver un début de vie d’adulte, d’épouse, de maman et surtout une enfance aussi aimante car sans mes parents je ne suis clairement rien. Profitons <3

Daisie

Partager:

6 Commentaires

  1. Lany
    10 octobre 2019 / 3 h 33 min

    Magnifiquement bien écrit ❤️

    • mrscazade
      Auteur
      10 octobre 2019 / 21 h 43 min

      Merci <3

  2. Christine
    10 octobre 2019 / 15 h 56 min

    Très bel article…tout ce que tu écris est vrai et je me retrouve dans ton texte, jeune maman d’une petite fille d’ un mois.

    • mrscazade
      Auteur
      10 octobre 2019 / 21 h 43 min

      Profites à fond d’elle, ça passe si vite.

  3. Ladoux
    10 octobre 2019 / 20 h 11 min

    Sublime , émouvant , des mots simples et justes et tellement vrais … merci pour ce texte ❤️

    • mrscazade
      Auteur
      10 octobre 2019 / 21 h 42 min

      Merci infiniment pour ton retour <3

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :